Deux Dacquois tentent d’ériger, l’un une cinquième liste, et l’autre, une sixième .

« Ni des extrémistes, ni des utopistes » : c'est ainsi que se définissent ceux qui ont rejoint Emmanuel Klein sur la Liste citoyenne de démocratie participative, qu'il veut présenter. Craignant toutefois de ne pas pouvoir la compléter avant la date butoir du 6 mars.

Depuis le Larzac jusqu'à Droit au logement, en passant par AC contre le chômage, Emmanuel Klein explique avoir embrassé toutes les causes citoyennes et alternatives, avec l'envie désormais de « clôturer » dix ans d'immersion dans le mouvement social par une candidature aux municipales.

« Cri d'espoir »

Tenté par le Front de gauche « qui semblait vouloir s'ouvrir aux causes non partisanes et à la transition », il dit s'en être écarté voyant « les vieux démons du sectarisme et des calculs de Parti reprendre la main sur l'humanisme et l'écologie. » S'inspirant alors des idées trouvées sur le site www.lademocratie-participative.org qui recoupent ses propres réflexions, et s'appuyant sur la charte soutenue par EBR-T (économie basée sur la ressource, la transition), il a donc décidé de proposer cette liste, prônant avant tout une nouvelle forme de gouvernance. Et invite toutes les Dacquoises et les Dacquois motivés à se porter candidat avec lui. « Pas un acte désespéré, mais plutôt un cri d'espoir », considère-t-il. Autour du mundillo politique dacquois, une seule personne semble trouver grâce à ses yeux, parce qu'il l'a rencontrée sur de nombreuses manifestations : Françoise Boulanger. Une main tendue ? « Je ne suis pas sûr qu'elle adhérerait aux 22 principes de notre charte ».

D'autant que de son côté,Françoise Boulanger, encartée Modem, travaille depuis plusieurs semaines sur la constitution de sa liste. Elle y pense même depuis trois ans. Mais comme celle d'Emmanuel Klein, sa liste n'est pas complète. « Je ne veux pas être maire, mais tête de liste, rapporte cette femme dont le grand-père fut élu au sein du Conseil de Milliès-Lacroix. Je souhaite constituer une liste de sensibilités diverses mais de bonnes volontés. Et apporter un projet innovant qui s'appuiera notamment sur l'industrie et un autre management, inspiré de la Scop (société coopérative et participative, NDLR) ».

C. L. avec A. L.

Source

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation